Au bout du jardin, le voyage....... L'Europe, l'Asie, le Moyen Orient... Et maintenant l'Amerique du Sud

Des oiseaux... Des oiseaux !!!

Il y a quelques semaines, Martha nous avait demandé  les numéros de passeports et éventuellement de les scanner... Pour demander des autorisations pour pouvoir aller à "Reserva Ecologica Rio Blanco".

Le captage des eaux de Manizales est dans cette zone. Nous, nous avons rendez vous à 6 h 30 pour voir les oiseaux.. 

Martha nous emmène.  C'est à 9 km de l'hôtel.... Pendant qu'on prépare notre petit déjeuner,  je photographie les colibris.

Nous avons pris notre guide au passage, car ici, même pour une promenade de découverte, vous avez un guide.

Le ballet des colibris autour des abreuvoirs nous fascine !! Du sucre est ajouté à l'eau (et nous avons vu de ces abreuvoirs dans de nombreux jardins !)

 

Nous partons à travers le parc avec Sandra qui est vraiment très intéressante.. Dommage que je ne parle pas mieux espagnol...  Cela aurait été encore plus intéressant ! Je me promets de revenir !

Sandra nous explique qu'en Equateur, il y a processus d'appel des oiseaux, récompensé par un ver de terre qui a été mis en place dans ce parc.

Elle nous recommande le silence et l'immobilité et se met à siffler.. Après un petit moment, nous voyons arriver deux oiseaux très timides !! Mais qui vient attraper le ver dans sa mein !! Nous irons plus loin pour voir l'autre espèce.. Qui eux ne sont pas dans les mêmes dispositions.. Le ver est sur le sol !

Cela nous fait penser aux dauphins en Australie ! Un petit snack pour les dauphins et nous pour les admirer !

Nous passons la matinée à nous balader, nous revenons et prenons un café, avant de rentrer ..

Martha a eu des soucis en rentrant, du coup elle nous a envoyé un taxi.. Ici, il vaut mieux avoir prévu un retour car l'entrée du parc est loin des lodges où il est possible d'être hébergé... Au bas mot 3 km de la route, qui ne semble pas très fréquentée.  Le prix est en général un aller retour pour un simple trajet, car le chauffeur part du principe qu'il ne retrouvera pas de client..

Nous rentrons pour 14 h à l'Hostal Kaleidoscopo et sommes affamés... Heureusement, il y a un supermarché pas loin de chez Martha et on peut faire la cuisine.. Nous irons faire la sieste ensuite..

Ce soir, nous avons RV avec Fati pour diner .. Nous nous retrouvons à la cathédrale.



Publié à 23:28, le 23/03/2018, dans Colombie, Manizales
Mots clefs :


Guajira et la mine de Cerrejón

 

Cette mine de charbon m'intrigue alors je cherche en rentrant... C'est une immense mine de charbon à ciel ouvert, d'une surface de 69 000 hect.  C'est la plus grande mine de Colombie et l'une des plus grandes du monde.

Grâce à cette mine, la Colombie est classée parmi les premiers exportateur mondiaux du monde,  et les premiers producteurs.

On a trouvé un serpent préhistorique de 15 m de long, sur le site le Titanoboa Cerrejonensis... Ce qui lui a donné son nom... La mine El  Cerrejón.

Les réserves  sont gigantesques... De l'ordre de 3 000 millions de tonnes... C'est pourquoi on n'a pas hésité à déplacer des populations d'indiens Wayuu déjà fragilisés par la guérilla et les narco-trafiquants. Il y a 30 ans que la mine est ouverte.

L'extraction consiste en une mine à ciel ouvert, où le sol est enlevé pour atteindre les veines de charbon. Celui-ci est ensuite chargé dans des camions qui l'apportent aux installations de broyage puis à deux silos, depuis lesquels il est chargé sur des trains.

C'est la voie de chemin de fer que j'ai vue à l'aller et que nous avons vu en revenant. J'ai été étonnée parce qu'il y avait des gardes armés  tous les 100 m à peu près le long de cette voie. Et nous avons fini par voir arriver le train, un train long comme un jour sans fin.... Un train comme en Australie !

La compagnie possède sa propre voie de chemin de fer reliant la mine au terminal de Puerto Bolívar, à Uribia. Il y a deux trains de 128 wagons, imaginez ..128 wagons, en plus, il va assez lentement... Chaque wagon transporte 12 000 tonnes de charbon par voyage.

La période de rotation des trains, incluant le chargement et le déchargement, est d'environ 12 heures. Les installations du port sont aptes à charger jusqu'à 4 800 tonnes par heure sur des navires de plus de 175 000 tonnes de capacité.

La mine, le transport ferroviaire et le port sont exploités 24 heures sur 24.

Cerrejón emploie directement environ 5 300 personnes, et environ 5 000 personnes supplémentaires sont employées par des sous-traitants.

Depuis j'ai lu divers documents, émanant d'une association de femmes Wayuu, Fuerza de Mujeres Wayuu,

http://organizacionwayuumunsurat.blogspot.fr/

J'ai été étonnée aussi de trouver  des articles concernant la mort des enfants de dénutrition...  Tant de morts !

Article en espagnol 22 sept 2016

Décembre 2016

En voyant ces articles, j'ai eu la confirmation de ce que j'avais pensé pendant ce voyage.. Que les Tour-operators devraient donner de la nourriture plutôt que de laisser les 4x4  s'arrêter à toutes ces "péages" avec les cordes et les enfants, payer en biscuits et en bombons.

Trouver une solution pour que les touristes qui viennent aient une incidence bénéfique sur la population indigène de La Guajira.

Mais Un article du 02-12-2015 à 09:12, Par Viviana Viera Giraldo sur http://www.altermondes.org

explique bien la situation.. Je le mets plus bas, au cas où ce ne serait plus accessible.

  COLOMBIE : El Cerrejon, une mine de charbon sur les terres Wayuu.

C’est la plus grande mine de charbon à ciel ouvert au monde. Depuis plus de 30 ans, elle fait le bonheur des multinationales et le malheur des Wayuu, le peuple autochtone qui vivait depuis des siècles sur ces terres de Colombie. La mine El Cerrejón, symbole d’un modèle de développement irresponsable.

Arriver à la mine El Cerrejón, c’est comme débarquer sur la Lune : tout y est gris et noir, il y a des cratères d’une profondeur de 300 mètres. Les arbres et les animaux ont disparu, difficile de trouver des traces de vie sur les 69 000 hectares qu’elle occupe, hormis la valse des énormes camions transportant chacun jusqu’à 230 tonnes de charbon.

Nous sommes dans la plus grande mine de charbon à ciel ouvert de la planète, située sur la péninsule de la Guajira, en Colombie. Ses propriétaires – trois géants européens des minéraux : Anglo American (Grande-Bretagne et Afrique du Sud), BHP Billiton (Grande-Bretagne et Australie) et Glencore (Suisse) – en prévoient déjà l’expansion pour porter sa production à 50 millions de tonnes par an. De quoi les mettre dans le collimateur des organisations de la société civile colombiennes et européennes pour  violation des droits humains et destruction de l’environnement.

Les peuples indigènes premières victimes

« Nous arrosons avec de l’eau pour limiter la poussière de charbon » affirment les responsables de la mine lorsqu’on les interpelle sur la pollution générée par la mine. Un comble dans une région aride voire désertique, où la pluie ne tombe que 3 mois par an. Les Wayuu, le peuple indigène local, vivent principalement de la chasse, de la pèche, des cultures et des récoltes. Leur vie a été totalement bouleversée par l’exploitation de la mine : les animaux sauvages fuient les explosions, les animaux d’élevage tombent malades, les sources d’eau s’assèchent et l’expansion de la mine ronge toujours plus leurs terres.

Selon les chiffres officiels, entre 2008 et 2013, 4 151 enfants sont morts dans ce département, soit environ 2 enfants par jour, en raison de la malnutrition et la déshydratation. Et ces chiffres ne rendent compte que d’une partie du phénomène.

L'armée au service du charbon

Selon les chiffres officiels, entre 2008 et 2013, 4 151 enfants sont morts dans ce département, soit environ 2 enfants par jour, en raison de la malnutrition et la déshydratation. Et ces chiffres ne rendent compte que d’une partie du phénomène.

Des pros de la comm

El Cerrèjon se prétend irréprochable sur le plan du développement durable.

El Cerrejón investit beaucoup d’argent pour soigner son image d’entreprise pratiquant une «extraction minière responsable » : des fondations jusqu’aux visites guidées pour touristes. Entre Jurassic Parc et vitrine écologique, à en croire les rapports de développement durable. Avec en bonus, des photos de Wayuu souriant.

La mine est est présentée fièrement par ses dirigeants comme le moteur économique de la région. Et pourtant, depuis que la mine a été ouverte il y a plus de trente ans, l’économie dans les alentours ne fait qu’empirer. D’une part car aucune retombée économique ne permettrait de compenser les énormes dégâts humains et environnementaux causés. Encore faudrait-il qu’‘El Cerrejón’ n’utilise tout les ruses de l’optimisation fiscale pour échapper à l’impôt. De l’autre, car la plupart des emplois créés sont auprès de sous-traitants,  pour éviter la syndicalisation et les indemnisations aux travailleurs touchés par l’anthracose, une maladie cancérigène causée par l’inhalation de particules de charbon.

Incohérence des législations européennes

Le récent Accord de Libre Echange signé entre la Colombie, le Pérou et l’Union Européenne encourage les exportations de matières premières en Europe et donne un cadre juridique plus sécurisant aux multinationales. De plus, en 2018, l’Union Européenne est censé arrêter de financer ses mines de charbon non compétitives. Ce qui ouvre une brèche dans un marché où ‘El Cerrejón’ compte davantage s’implanter. C’est pourquoi la mine prévoit de doubler l’extraction de charbon dans les prochaines années, en allant le chercher jusque près des nappes phréatiques. Au plus grand dam des Wayuu

 



Publié à 01:05, le 21/05/2017, dans Colombie,
Mots clefs :


Bonjour Manizales, Bonjour Martha

Le terminal sud se trouve à 10 mn en taxi de notre hôtel..

On nous a dit qu'il y avait de nombreux bus pour Manizales..  Donc nous partons à la gare  routière et prendrons  le minibus de 9 H 45 qui ne partira qu'à 10 h 30.. Il y a des travaux sur la plus grande partie de la route.. 1 arrêt de 15 mn pour le repas... 5 h de  voyage. Nous sommes dans les Andes  et le panorama est magnifique.

A l'arrivée, nous pourrions prendre le cablecar pour rejoindre le centre mais nous sommes fatigués et nous prenous le taxi..

Loulou a rencontré Martha il y a 3 ans. Elle est la mère d'un copain parapentiste et l'avait hébergé lors de son voyage en Colombie. Nous avons aussi découvert qu'il lui avait appris à faire des crêpes !! Grâce  à FB, nous étions en relation avant notre arrivée et elle nous a posé plein de questions pour organiser notre séjour à Manizales.

Hostal Kaleidoscopio

Calle 20 # 21-15 Centro Histórico de Manizales., 170008 Manizales,

Nous rencontrons aussi son fils Lucho et organisons un peu notre séjour à Manizales.

Ensuite, nous partons diner... Autour de la cathédrale, nous n'en sommes pas très loin, les selfs ou petits restaurants ferment tôt !

Nous découvrons que nous sommes assez loin de la "Zona Rosa" ... Plus ou moins 3 km et Manizales... C'est plein de montées et de descentes !! 

Nous sommes dans les jours qui précèdent Pâques et toutes les églises sont ouvertes, il y a souvent beaucoup de monde aux messes du soir.

 

Jeudi 6 avril 2017.

Nous avons rendez vous avec Max, pour monter à cheval. Il passe à l'hôtel et nous emmène en bus dans le quartier de Malteria. C'est à une quinzaine de km. Nous récupérons les chevaux (très beaux dans une petite finca). Les propriétaires sont super sympa.. Avant de partir, ils nous proposent du café.

Max nous emmène le long des chemins jusqu'à une mine d'or en activité.

Quand on rentre, je brosse les chevaux et les reconduit avec l'aide de Max dans leur pré.

Nos hôtes nous offrent de la glace à la noix de coco et du lait !! Impossible de refuser ! Nous partons ensuite à  l'épicerie du village et Max et Chouchou font un billard.... Super sympa, avant de revenir en taxi car Max est maintenant un peu pressé pour rentrer !

C'est trop tard pour retrouver Catherine et Fati pour diner, alors à l'hôtel nous offrons de la Chartreuse à Martha et à Max... Et passons une excellente soirée. !



Publié à 23:26, le 6/04/2017, dans Colombie, Manizales
Mots clefs :


Le parc Arvi - MEDELLIN

Nous partons pour le parc  Arvi.. Métro et télécabine...

Le télécabine est un régal... Au dessus des arbres... C'est magique !!  Nous sommes vraiment à la campagne... Ou plutôt à la montagne !!

Des oiseaux.. Des arbres ...  Seulement il n'y a pas d'informations en anglais.. Il n'y a pas de visite guidée comme indiqué sur le LP..  du parc mais seulement un jardin avec les bromoliacées et les orchidées...  Pas de carte détaillée non plus...  En fait, nous comprenons la carte lorsque nous aurons passé plusieurs heures dans le parc ! Nous ne trouvons pas les bus gratuits pour la direction où nous voulons aller ... !

 

Comme il y a des chemins fléchés ... Nous allons en suivre un !  nous prenons la route pour trouver  le chemin "Flores" mais si c'est agréable... il n'y a  pas beaucoup de FLEURS  en cette saison  !! Bon, j'en ai quand même trouvé ... Et des oiseaux !

Ensuite, nous   rejoignons  le chemin " El Aroyo". 

Comme nous pensons prendre le dernier télé-cabine, à 16 h30, nous n'avons pas le temps de faire tout le chemin.. Qui est très sympa..  On surplombe une vallée. On a l'impression d'être loin de tout !

Nous avons découvert plus tard qu'il y avait des bus locaux qui redescendaient sur Medellin. Nous aurions pu faire toute la balade et redescendre plus tard !!! Nous aurions peut être vu la ville de nuit !

Mais  ce que nous avons fait, était très sympa  aussi... Il y a un  petit restaurant  pas très loin  de la gare du sommet, au milieu d'un jardin..  Je prends  "El menu del dia" et Chouchou un hamburger végétal.

Le cadeau avant notre départ !! Nous allons le retrouver à Manizales... C'est l'emblème de la ville ! El Barranquillo !  ou le Pájaro péndulo !

En français, le Motmot Houtouc .

Nous nous arrêtons au retour, le long du "rio" pas très loin de notre hôtel pour prendre une bière et écouter de la musique.  Bistro - Bar - Brunch et Boulangerie le matin L'endroit est très sympa. Le coût de la bière un peu élevé ! Mais on paie le cadre, assurément !

 



Publié à 23:05, le 3/04/2017, dans Colombie, Medellín
Mots clefs :


Médellin et le parc botanique.. Dimanche avec les Colombiens

Après un petit déjeuner sympa, dans le patio de l'hôtel, nous partons avec l'objectif de visiter le "Musée de la Paix" que Fati et Catherine ont bien aimé.... Mais nous avons la flemme !!

Nous choisissons de découvrir les quartiers de Medellin du dessus !!  Nous partons du côté de Acevedo, jusqu'à San Domingo en métro et télécabines..

Les télécabines ont changé la physionomie de la ville.. Grâce à eux, les quartiers en "altitude" peuvent accéder très rapidement au centre de la ville. Ils  ont été désenclavés, des terrains de sport ont été construits ainsi qu'un certain nombre de  bibliothèques pour aider les jeunes et combattre la drogue.

En passant au dessus du Jardin Botanique, nous voyons des groupes de gens... Il y a des attractions.. Des gens sur des couvertures ... Nous reviendrons  après notre balade dans le métro de Medellin...

 

Il y a une fanfare qui s'entraine... Les musiciens "dansent"  tout en jouant, il y a des porte-drapeaux qui dansent aussi.. Certainement la préparation d'un spectacle.. Nous pique-niquons en les regardant !

Je vais photographier les oiseaux, et nous allons prendre notre temps comme les Colombiens autour de nous.

On se croirait dans une kermesse, il y a des promenades sur les chevaux pour les enfants, des jeux de hasard, à l'aide d'un cochon d'Inde.

 

En rentrant, nous passons par le supermarché "Exito"... Nous aimons bien cette chaine. Des  tomates arbol, des avocats, des sardines... De quoi pique niquer à l'hôtel.. Il y a une cuisine et un patio à l'arrière... C'est sympa et très propre.. Par contre, nous ne trouvons pas de  casserole pour faire chauffer de l'eau pour le thé... Ils doivent utiliser un autre système ! Four micro onde ? ou autre chose !

A la télévision, nous apprenons qu'une catastrophe a touché le sud de la Colombie. ... Glissement de terrain et avalache... 250 morts dont 47 enfants, au sud de Popayan. Nous allons nous renseigner pour la suite de notre voyage, puisque Popayan était une des dernières étapes du voyage !

 



Publié à 23:58, le 2/04/2017, dans Colombie, Medellín
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 7 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Barcelone
Cambodge
Colombie
France
Hongrie
Iran
Israel
Laos
Nomades : Cyclotourisme et camping
Pays Bas
Preparation des voyages
Projets
Thailande
Vietnam
:

Derniers articles

2013 - 2017
Des oiseaux... Des oiseaux !!!
Fin du voyage en Iran... Envie de pleurer !! Envie de revenir !!
Ispahan Le tourisme continue
Tourisme à Ispahan avec du personnel hospitalier !!

Sites favoris

2011- 2012 - 8 mois au bout du monde
2010- 2011 Bali, Malaisie, Moyen Orient
2009 - 3 mois en Asie
Notre Asso au Cambodge
Michele & Ron Nos Australiens de Perh
Aquarelle - Jean Chevallier
2016 - Israël et nos voyages suivants

Amis

papyjp
misha
manue
clementblain
myriametluc
cathencorse

Newsletter

Saisissez votre adresse email